La Saupe, un poisson hallucinogènes pour se défoncer

4 441 vues

la Saupe

Il existe bien des moyens complètement insolites pour se droguer. Mais s’il y a un qui surprend vraiment, c’est la consommation d’un poisson capable de vous faire voir les étoiles ! La saupe méditerranéenne est un poisson qui vous assure les mêmes effets que certaines drogues dites « dures ». Découvrez ci-dessous ce qui procure à ce facétieux poisson sa capacité de défoncer son consommateur.

La saupe, un poisson hallucinogène

La saupe est un poisson peu ordinaire, une espèce de dorade facilement reconnaissable à travers son corps couvert de longues rayures fines et dorées. Elle vit notamment en Méditerrannée, mais également dans l’océan Pacifique et l’océan Indien.
Cet animal cause des hallucinations à ceux qui le consomment, car son organisme accumule des toxines issues de la Caulerpa taxifolia, une algue hallucinogène dont il se nourrit. C’est justement cette capacité à donner des hallucinations, qui a fait de la saupe un met souvent consommé à l’époque de l’Empire romain, servant ainsi de drogue récréative. Dans l’océan Pacifique, les Polynésiens et les Mélanésiens font fortement usage de ses propriétés hallucinogènes au cours de rites religieux.

La saupe cause d’effrayantes hallucinations seulement quelques minutes après sa consommation et les effets durent environ 36 heures. Sa consommation n’étant pas interdite par la loi, la saupe est non seulement une excellente alternative, mais aussi un moyen légal que certains toxicomanes ont pour se défoncer. Toutefois, il est important de souligner que l’effet de la saupe est jugé aussi dangereux que certaines drogues sur le marché. Sachez par ailleurs que ces poissons ne sont pas toxiques toute l’année, mais seulement durant certaines périodes. Les scientifiques se questionnent toujours sur le rôle exacte des toxines ingurgitées par le poisson durant cette période.

Description et appellations

De son nom scientifique Sarpa Salpa, la saupe est issue de la famille des sparidés et représente la seule espèce du genre sarpa. Son aspect un peu particulier permet de la reconnaître assez facilement. La saupe, dont le corps ovale est argenté et légèrement comprimé, mesure en moyenne entre 35 et 50 cm à l’âge adulte. Elle est marquée d’une petite douzaine de lignes longitudinales jaunes vives qui s’étalent de sa petite tête à sa nageoire caudale grisâtre. Elle a deux gros yeux dorés situés non loin de sa bouche, avec une denture saillante, un dos de couleur mixée entre le jaune, le gris et le verdâtre, ainsi que des reflets dorés.

Dans le jargon vulgaire ou vernaculaire, la saupe est appelée la dorade jaune, la dorade rayée ou encore le poisson catalan. Elle a un régime alimentaire principalement végétarien basé sur les algues brunes et vertes, ainsi que sur les posidonies généralement en fond de mer. Cela lui permet d’échapper très souvent à la pêche au harpon et au filet. Par ailleurs, elle se nourrit accessoirement de petits invertébrés. La saupe ne fait pas exception à la particularité des sparidés : elle est hermaphrodite et change de sexe avec l’âge.

Ce poisson-drogue se reproduit soit en automne, soit au printemps.

Répondez à ce commentaire :)

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>