Mourir de rire, c’est possible (et ça n’est pas drôle)

632 vues

mourir de rire

L’expression « mort de rire » (MDR) ou « mourir de rire » est devenue incontournable pour désigner l’hilarité mais son sens figuré recouvre une réalité plus triste : oui, il est bien possible de mourir de rire. C’est même arrivé à plusieurs personnalités célèbres au cours de l’histoire.

Comment peut-on mourir de rire ? Le rire est un réflexe physique qui déclenche des mouvements non contrôlés des muscles qui contrôlent la respiration, ainsi que du larynx et d’une partie du visage. Le fait qu’il s’agisse d’un réflexe signifie que l’on ne peut pas maîtriser les proportions que prennent le phénomène : l’expression fou-rire est à ce titre plutôt explicite.

Quand la crise de rire est trop importante, les contractions musculaires sont susceptibles de conduire à une asphyxie accidentelle ou à une crise d’apoplexie qui va se traduire par un infarctus au niveau du tronc cérébral. Elles sont donc en théorie capables d’entraîner la mort.

Les décès par crise de rire sont heureusement rarissimes : dans la plupart des cas, d’autres réflexes prennent le pas quand le rire devient trop intense pour mettre un terme aux contractions et rétablir la respiration.

L’histoire recèle cependant quelques anecdotes marquantes de personnalités qui seraient littéralement mortes de rire. Le cas le plus ancien concernerait le peintre grec Zeuxis, cinq siècles avant notre ère. La légende raconte ainsi qu’il serait mort de rire après avoir achevé le portrait d’une vieille femme.

Plus proche de nous, l’un des accidents les plus marquants est certainement la mésaventure d’un anglais nommé Alex Mitchell, littéralement mort de rire après avoir passé 35 minutes à se tordre sur son canapé. En cause ? Un épisode de la série britannique The Goodies, dont l’humour absurde a fait la joie de la Grande Bretagne pendant les années 70. Dans son cas, le décès n’aurait pas été provoqué par un défaut respiratoire mais par l’emballement du rythme cardiaque ayant conduit à une arythmie et finalement à un arrêt.

Le rire, bon pour la santé ?

La plupart des articles et études scientifiques soulignent les effets bénéfiques du rire sur la santé sur notre organisme : s’esclaffer aide à faire baisser la tension, améliore le fonctionnement des poumons et conduit à la sécrétion d’endorphines qui soulagent la douleur et adoucissent l’humeur.

Le rire pathologique peut cependant se révéler plus néfaste : sans aller jusqu’au décès, des crises de rire incontrôlées peuvent provoquer des désagréments tels que des maux de tête, une cataplexie, une tachycardie passagère ou une crise d’asthme. Ne vous abstenez pas de rire mais dans le doute, sachez couper court à une bonne blague !

Réagissez à cette anecdote

Pour laisser un commentaire sur Saviez-vous, vous devez impérativement posséder un compte Facebook.