Le briquet a été inventé avant les allumettes !

467 vues

briquet et allumettes

Aucune journée ne passe sans que l’un des deux ne soit utilisé pour faire du feu (dans la cuisine), ou pour allumer une cigarette. Le briquet et les allumettes font partie intégrante du quotidien de tous, fumeurs et non-fumeurs ; dû au besoin fréquent de l’utilisation du feu par l’Homme. Mais connaissez-vous leur histoire ? Savez-vous que le briquet a été inventé bien avant les allumettes ? Nous vous racontons la chronologie de leur invention ici.

La lampe de Döbereiner, l’ancêtre des briquets

En 1823, le chimiste allemand du nom de Johann Wolfgang Dobereiner a obtenu le brevet de l’invention du premier briquet au monde. Mais d’abord qu’est-ce qu’un briquet ? Il s’agit d’un dispositif mécanique utilisé pour produire du feu et allumer des cigares, cigarettes ou des pipes. Wolfgang a, en effet, transformé un pistolet du XVIe siècle à silex en y développant un mécanisme de production du feu basé sur la réaction de l’hydrogène à l’éponge de platine qui dégage une forte quantité de chaleur.

Appelée la lampe de Dobereiner, cette invention est le premier briquet que le monde a connu. Cependant, il ne fut pas d’un grand succès compte tenu de l’instabilité du mécanisme. En effet, le silex ne produit une grande étincelle capable d’enflammer du carburant que quand il est rayé. Il a fallu attendre l’invention du ferrocérium en 1903 par Carl Auer Von Welsback pour rendre possibles les briquets tels que connus de nos jours. L’allumette a été inventée avant le briquet à ferrocérium, mais bien après celui à silex.

Les premières allumettes de John Walker

John Walker est un citoyen anglais ayant vécu durant le XIXème siècle. En 1826, il a inventé les premières allumettes à base de soufre blanc, qui après frottement contre un corps rugueux, produisaient de la lumière. Mais l’invention de Mister Walker n’a pas connu un grand succès à l’époque, car elle était très peu fiable. Cinq (5) ans plus tard, un français du nom de Charles Sauria réussit à développer de l’allumette à base du phosphore blanc. On dit de son invention qu’elle était un peu trop réussie, car il arrivait que ses allumettes s’enflamment sans même qu’on ne les frotte. Aussi, le phosphore blanc est un élément toxique donc néfaste pour la santé.

Par conséquent, il fallait donc trouver le moyen de parfaire l’invention, surtout que les travailleurs de l’usine d’allumettes de monsieur Sauria souffraient souvent de « mâchoire phossy », une dégénérescence horrible de la mâchoire. Les allumettes que nous utilisons de nos jours, sont qualifiées d’allumette de sûreté, une invention du chimiste suédois Lundström qui eut lieu 21 ans après celle de Charles Sauria. Elles ne produisent plus du feu dès qu’on les frotte contre n’importe quel corps rugueux, mais fonctionnent désormais avec un grattoir spécial qui diminue significativement le risque d’accident.

Dans le nord de la Chine en 577, des bâtonnets imbibés d’un produit chimique inflammable étaient utilisés pour éclairer avec de l’amadou. Ils sont considérés par abus comme étant les premières allumettes alors qu’en vrai ils ne pouvaient prendre feu que lorsqu’une autre source fournissait les étincelles ou du feu.

Réagissez à cette anecdote

Pour laisser un commentaire sur Saviez-vous, vous devez impérativement posséder un compte Facebook.